Campagne 2017

En 2017, nos travaux de terrains se sont déroulés sur trois sites placés en différents secteurs du territoire arménien.

Carte des opérations 2017

Aknashen-Khaturnakh, un site néolithique dans la plaine de l’Ararat 

(Dir. R. Badalyan, Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan, assisté d’A. Arutunyan, L. Agikyan, K. Azatyan)

La Mission mène depuis 2004 des fouilles sur le tell d’Aknashen (anciennement Khatunarkh) (40°06’05.50”N, 44°17’38.41”E, alt. 837 m), situé dans la vallée d’un affluent de l’Araxe.

Un sondage (A) effectué sur le flanc nord-est du tell a permis de mettre au jour la séquence stratigraphique complète du site, sur près de 4 m, allant du Néolithique (Horizons VII-II) au Chalcolithique ancien (Horizon I). Sept horizons ont été recensé : l’Horizon I daté du Chalcolithique ancien correspond à la « culture de Sioni », les Horizons II à VI appartiennent au Néolithique et à la culture d’Aratashen-Shulaveri-Shomutepe, et enfin, l’Horizon VII, correspond également au Néolithique mais a livré un mobilier original par rapport à la culture d’Aratashen-Shulaveri-Shomutepe. Or, à ce jour, on ne connaît aucun site qui puisse être attribué à la période de transition entre le Mésolithique local et le Néolithique de la culture d’Aratashen-Shulaveri-Shomutepe, soit entre 7500 et 6000 av. J.-C. Le site d’Aknashen offre donc l’occasion exceptionnelle de recueillir des données inédites sur les premiers temps de la néolithisation dans cette région du Sud du Caucase.

La campagne 2017, qui s’est déroulée du 12 septembre au 10 octobrevisait deux objectifs principaux :

  • l’étude systématique des Horizons les plus anciens (VI et VII) dans les tranchées 1-6, sur une surface de 155 m2.pour révéler ses caractéristiques : organisation de l’espace, activités domestiques, modes de subsistance ;
  • cerner les similitudes et les différences entre la culture représentée à Aknashen et celle des territoires qui l’entourent, dans cette période charnière, entre le 7e et le 6e millénaires, en vue d’établir le scénario de son origine.
Vue au drone du site d’Aknashen

Par ailleurs, R. Christidou a poursuivi son étude des objets en os d’Aknashen entre le 25 septembre et le 14octobre à l’institut d’archéologie et d’Ethnographie d’Erevan.

Getahovit-2, une grotte chalcolithique de la région de Tavush

(Dir. N. Tardy, Archéorient UMR 5133 & I. Kalantaryan, Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan, assistés A. Babajanyan et de quatre étudiants : A. Dubot, A. Gilart De Keranflec’h, V. Lafont et M. De Maria.)

En août 2017 a eu lieu la sixième campagne de fouille de Getahovit, dans le nord-est de l’Arménie. Située dans le bassin de l’Aghstev, la grotte de Getahovit-2 a livré les premiers témoins d’une occupation Chalcolithique dans cette partie du Petit Caucase.

Grotte de Getahovit

On y a repéré des niveaux de bergerie, caractérisés par une alternance de couches grises ou brun clair (coprolithes carbonisés ou non) et de liserés noirs correspondant à des phases d’assainissement par le feu. Les datations au radiocarbone permettent d’attribuer ces niveaux au Chalcolithique ancien, entre la fin du 6e et le  début du 4e millénaire. C’est la première fois qu’une telle pratique est mise en évidence dans le sud Caucase, et les analyses qui sont en cours pourront fournir d’intéressants résultats sur l’économie pastorale du Chalcolithique dans cette région. La fouille de cette cavité constitue également une occasion unique pour appréhender le développement de l’économie pastorale dans le Sud Caucase au 5e millénaire et l’exploitation du milieu montagnard par ces populations. Elle apporte aussi des données sur la nature et l’intensité des relations qui ont pu exister à ces époques entre les populations du bassin de la Kura et les hautes terres du Petit Caucase.

Un sondage pratiqué en 2014 a mis en évidence une longue séquence stratigraphique composée d’occupations du Moyen-Âge, du Chalcolithique, du Néolithique Récent, puis une épaisse strate stérile surmontant une occupation du Paléolithique Supérieur.

La campagne 2017 a poursuivi sur la lancée :

  • le dégagement des niveaux chalcolithiques dans la grotte, avec analyse toute particulière des dépôts successifs de litières, qui apportent des informations précieuses sur les conditions environnementales qui régnaient à la fin du 6e et au 5e millénaire, lorsque la cavité servait de bergerie,
  • la fouille du secteur ouvert en 2016 sur la terrasse, à l’extérieur de la grotte. Ce dernier avait livré l’année dernière des niveaux d’occupations médiévaux.

Le matériel de Getahovit a par ailleurs fait l’objet de deux missions d’étude en 2017 :

  • J. Chahoud (archéozoologue, Univ. Libanaise) a travaillé sur les restes fauniques de Getahovit entre le 24 Août et le 09 Septembre à l’Institut d’Archéologie et d’ethnographie d’Erevan.
  • R. Hovsepyan (archéobotanistes, Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan) sur les restes de végétaux.

Les Agrégats Cellulaires des contreforts de l’Aragats

(Dir. B. Perello, Archéorient UMR 5133 & I. Kalantaryan, Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan, assistées de B. Passemard, S. Fiori et K. Azatyan ; Prospections : O. Barge et E. Regagnon)

Ce programme, lancé en 2015, cherche à déterminer la périodisation, la fonction et l’agencement des « Agrégats Cellulaires », ces petits sites de moins d’un hectare découverts en grand nombre dans la région de l’Aragats. Ils sont formés de plusieurs cellules circulaires agglomérées construites en pierre sèche ; la taille de ces cellules est comprise entre 10 et 20 mètres de diamètre.

Un inventaire des « Agrégats Cellulaires » a été mené par notre équipe en 2016 et 2017, sur le flanc sud-ouest de l’Aragats, et cela à partir d’images satellitaires (Google Earth, Bing) ; il a permis d’identifier près de 120 de ces structures.

Les enjeux de ce programme sur les « Agrégats Cellulaires » sont :

  • de définir leur aire de répartition en Arménie ;
  • d’établir leur appartenance chrono-culturelle ;
  • de déterminer leur fonction : habitat saisonnier, parcage d’animaux, etc.

Pour ce faire, nos recherches comportent deux volets : d’une part, une fouille menée sur le site d’Arteni, qui apparaît comme un exemplaire caractéristique des agrégats cellulaires de l’Aragats, et d’autre part, une prospection destinée à dresser une carte de répartition des agrégats cellulaires dans la région et de préciser leur morphologie. 

Les trois saisons de fouilles nous ont permis de préciser la chronologie générale du site qui fut occupé du Bronze moyen à la période achéménide. La séquence d’occupation du Bronze moyen, datée par le mobilier céramique et des analyses 14C, a tout particulièrement retenu notre attention, car cette période reste extrêmement mal connue en Arménie et plus généralement dans le Sud Caucase. En effet, alors que le Bronze ancien (culture Kura-Araxe) est attesté par un grand nombre de sites d’habitat, le Bronze moyen (2400-1550 av. J.-C) n’a livré jusqu’à présent que des sites funéraires, parmi lesquels d’impressionnants Kourganes, remarquables par la richesse du mobilier. Ainsi, cette période marque un bouleversement profond des systèmes de peuplement, qui passent alors des établissements sédentaires au Bronze ancien à des occupations temporaires au Bronze moyen.

Tranchée A à la fin de la mission 2017 (sol vierge à l’est du secteur)

Sur le site d’Arteni, trois objectifs ont motivé cette mission 2017 :

  • poursuivre la fouille de la tranchée A, ouverte en 2015, et qui a déjà révélé des niveaux d’occupation allant du Bronze Moyen au premier Âge du Fer : il fallait atteindre le sol vierge pour repérer l’ensemble des niveaux d’occupation du site.
  • dégager en extension les Tranchées B (ouverte en 2016) et C, pour obtenir une fenêtre d’étude plus large sur la phase d’occupation de l’agrégat cellulaire.
  • ouvrir un troisième secteur, situé au sud du site (Tranchée D) afin de préciser la morphologie et l’emplacement des limites de l’Agrégat.
Tranchée D, vue depuis le sud

Les études archéobotaniques (R. Hovsepyan, Institut d’Archéologie d’Erevan), lithiques (K. Azatyan,  Institut d’Archéologie d’Erevan), et archéozoologiques (SAVL, Lyon) se sont déroulées en parallèle de la mission de terrain.

O. Barge et E. Regagnon (Archéorient UMR 5133, Lyon) ont poursuivi au mois d’aout les prospections destinées à faire l’inventaire des Agrégats cellulaires de l’Aragats. Ils se sont aussi bien attachés à contrôler au sol la validité des identifications réalisées à partir des images satellites, qu’à relever les agrégats à l’aide d’un GPS différentiel et à prendre des photographies aériennes à l’aide d’un cerf-volant. Ces photographies ont ont par la suite fait l’objet d’un traitement photogrammétrique s’appuyant sur des points de calage enregistrés au DGPS, permettant d’obtenir des Modèles Numériques de Surface (MNS).

Agrégat cellulaire J56 (O. Barge, E. Regagnon)

Durant la mission d’Arteni, nous avons reçu cette année, la visite de journalistes de News.Am (chaine de télévision arménienne) qui ont réalisé un reportage (interview en anglais, photographie au drone, etc), diffusé à la télévision, puis sur internet avec traduction en anglais, russe et turc.

Photographies issues du reportage réalisé par News. am

 

Valorisation

Nous avons été sollicités par La Lettre Diplomatique, pour rédiger une présentation des recherches et des terrains d’étude de la Mission Caucase et du LIA NHASA, et l’article a paru au printemps 2017, dans un Numéro spécial consacré à l’Arménie.

Le 18 septembre, la mission Caucase a participé à la « Journée de la recherche franco-arménienne » qui s’est tenue à Erevan sous les auspices de l’Ambassade de France et organisée par Alex Vortolan et Frédérique Reinbold.

Le 21 septembre, à l’occasion de la fête Nationale Arménienne, la mission archéologique Caucase a été mise à l’honneur sur « Archéomonde», le nouveau site Instagram du MEAE consacré aux missions archéologiques, avec la publication de trois photographies et la description de la mission.

 

 

Enfin, la fin de l’année s’est achevée sur une note positive avec l’obtention pour la Mission archéologique « Caucase » du Prix spécial du Jury Clio pour la recherche archéologique.