Getahovit (Arménie)

Campagnes de fouille : 2012 – à aujourd’hui.

Équipe

Responsables
Nicolas Tardy (UMR 5133, Archéorient)
Irena Kalantaryan (Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan)
Archéozoologue
Jwana Chahoud (Université Libanaise, Beyrouth)
Archéobotaniste
Roman Hovsepyan (Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan)
Palyonologue
Erwan Messager (UMR 5204 EDYTEM)
Mobilier en os
Rozalia Christidou (UMR 5133, Archéorient)
Lithicien
Nicolas Tardy (UMR 5133, Archéorient)
Médiéviste
Astghik Babajanyan (Institut d’Archéologie d’Erevan)
Etudiants
Diaa Albukaai (Chercheur associé Archéorient, UMR 5133)
Claire Brossard (Université Paris 1 Sorbonne)
Cécile Menager (Université Lyon 2),
Rémy Thomas (Université Paris 1 Sorbonne)
Dessin lithique
Lucia Quaranta (Saxo Institute, Université de Copenhague)
Intendance, Sécurité
François Barbot (ITA, Archéorient UMR 5133)

La grotte de Getahovit-2 (région du Tavush, nord-est de l’Arménie) 

La grotte de Getahovit-2 a été découverte en 2010 lors d’une prospection archéologique dans la vallée de l’Aghshtev et de ses affluents. C’est une région forestière du nord-est de l’Arménie riche en grottes et abris sous roche et qui a été peu explorée. La vallée du Khachakhpyur, où se situe Getahovit-2, est étroite et encaissée entre, au nord, des falaises parfois abruptes et, au sud, des collines boisées. Les grottes y sont nombreuses et présentent encore aujourd’hui pour certaines d’entre elles des occupations et des aménagements pour en faciliter l’accès. C’est un domaine de bergers et de chasseurs. Le massif forestier est quant à lui occupé de façon saisonnière par des fermiers éleveurs de porcs et de bovidés en provenance des vallées environnantes. Ils y construisent des fermes temporaires et des enclos dans les bois pendant les mois d’été. La montagne et son exploitation font partie intégrante des économies locales.
La grotte est située à flanc de falaise dans la partie supérieure de la vallée du Khachakhpyur. On y accède soit depuis le plateau dominant la vallée, soit par la vallée elle même, par un chemin abrupt. L’accès n’est pas aisé et confère au lieu une protection naturelle et une large visibilité sur le paysage environnant. La cavité est dotée de deux salles et d’une terrasse dominant la vallée.
Les campagnes de fouilles précédentes ont mis au jour trois phases d’occupation : Moyen-Âge, Chalcolithique, Paléolithique supérieur.

Descriptif de la grotte
La première salle, d’une superficie totale de 64 m2 a été complètement investie par la fouille. Les niveaux médiévaux, d’une puissance stratigraphique d’environ 1 m d’épaisseur, y ont été entièrement fouillés lors des campagnes précédentes. Seules quelques larges fosses et silos creusés dans les niveaux chalcolithiques sont encore visibles.
L’accès à la deuxième salle, bien qu’en cours de dégagement, est encore obstrué par des effondrements. Elle n’a encore jamais été visitée par la fouille.
La terrasse est, quant à elle, orientée au Sud de la grotte et couvre une superficie de 60 m2. Elle est délimitée au Nord par l’ouverture de la grotte, à l’Est par la paroi de la falaise, à l’Ouest par une rupture de pente, et au Sud, par une rupture de pente avec la rivière en contrebas.

Plan schématique des secteurs fouillés de la cavité et de la terrasse.

L’occupation Chalcolithiques a été fouillée dans la cavité sur une surface de 28 m2. Les niveaux Chalcolithiques se présentent sous la forme d’un feuilletage sédimentaire composé de couches plus ou moins fines et de couleur bien distinctes. Diverses structures ont été mises à jour lors de la fouille de ces niveaux. Il s’agit notamment de fosses circulaires, de quelques rares foyers aménagés par un encerclement de petites pierres et d’aires de combustion d’étendue variable.

Coupe Nord-Sud et unités sédimentaires fouillées lors de la campagne 2016

Le niveau du Haut Moyen-Âge a livré des foyers, des fours, des fosses, des silos, ainsi que des sépultures. L’ensemble a été mis en relation avec une période de troubles politiques et religieux, les grottes de la région ayant servi alors de zones refuge. Sous l’occupation médiévale, les niveaux préhistoriques sont particulièrement bien conservés et rares dans un tel contexte.

Perspectives
La grotte de Getahovit 2 offre un potentiel particulièrement intéressant et inédit, non seulement pour documenter la période médiévale, mais aussi pour renseigner sur les occupations chalcolithiques en grotte-bergerie. Il s’agit de l’unique site arménien connu présentant ce type d’occupation chalcolithique et la fouille de cette cavité constitue une opportunité unique d’appréhender l’exploitation du milieu naturel par ces populations. En outre, la présence d’une occupation datant du Paléolithique Supérieur (autour de 22000 cal BC) constitue aussi une occasion exceptionnelle permettant de documenter ces périodes très peu connues dans cette région.

Les campagnes futures viseront à continuer la fouille des niveaux préhistoriques dans la grotte et à investir la deuxième salle. En complément, la poursuite de la fouille de la terrasse permettre de mieux comprendre la gestion spatiale de cette surface durant les périodes Médiévales et Chalcolithiques.

Bibliographie de la mission
KALANTARYAN I., ARIMURA M., HOVSEPYAN R., CHATAIGNER C.
2012. « The Archaeological Investigations of Getahovit-2 Cave (Armenia) in 2011-2012: The Preliminary Results », ARAMAZD Armenian Journal of Near Eastern Studies VII(1), p. 7-23.
TARDY N.
2016. « Les occupations médiévales et chalcolithiques de la grotte de Getahovit 2 : Résultats préliminaires des campagnes 2010-2016 », ArchéOrient – Le Blog, 25 novembre 2016, [En ligne] 

IMAGES ET AMBIANCES

TIMELAPSE

Campagne de fouille 2016 dans la grotte de Getahovit 2 (Arménie).
Vidéo de Cécile Ménager (CC BY-NC-ND 3.0)