Campagne 2016

La mission « Caucase » a pour objectif de mettre en évidence les cultures qui se sont développées sur le territoire arménien du Néolithique à la fin de l’Âge du Bronze, ainsi que leurs interactions avec les régions voisines. Nos recherches sont fondées sur une approche diachronique et synchronique, en travaillant à la fois sur des sites établis en différentes parties du territoire du Petit Caucase et présentant des périodes d’occupations distinctes.

Carte des opérations de la Mission Caucase en 2016

Les travaux de la campagne 2016 se sont déroulés comme suit :

En juin, a eu lieu la seconde mission sur le site d’Arteni, un établissement caractéristique des agrégats cellulaires du massif de l’Aragats (Dir. B. Perello, Archéorient UMR 5133 & I. Kalantaryan, Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan). Les fouilles se sont concentrées sur deux secteurs, d’une part, la Tranchée A, ouverte en 2016, afin d’établir une séquence stratigraphique complète du site, et d’autre part, la Tranchée B, pour collecter davantage d’informations sur l’occupation contemporaine de l’agrégat cellulaire visible en surface.

Site d’Arteni

En parallèle de la fouille, a été lancée une première mission de prospection sur les Agrégats cellulaires (Dir. O. Barge, Archéorient UMR 5133). Elle était destinée à vérifier sur le terrain, à l’aide d’un GPS différentiel et de photographies prises au cerf-volant, la validité des identifications réalisées à partir d’images satellites.

Ombrage du modèle Numérique de Surface (agrégat J2, partie nord-est) :
le kite AM94 recoupe la trame de l’agrégat (O. Barge)

En septembre a commencé la cinquième campagne de fouille de la grotte de Getahovit, dans le nord-est de l’Arménie (Dir. N. Tardy, Archéorient UMR 5133 & I. Kalantaryan, Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan). Cette grotte possède des niveaux du Chalcolithique, époque inconnue auparavant dans cette région.

Site de Getahovit : croquis de la grotte et des zones fouillées

À la mi-septembre a eu lieu la fouille sur l’établissement néolithique d’Aknashen-Khatunarkh (Dir. R. Badalyan, Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan) aux confins du village du même nom dans la province d’Armavir. Ce site permet d’appréhender les débuts de la néolithisation de l’Arménie. La campagne menée en 2016  se situent dans le prolongement des travaux qui ont été menés entre 2004 et 2009, puis 2011-2015, sous la direction de l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan dans le cadre du programme conjoint arméno-français d’étude des cultures Néolithique et Chalcolithique d’Arménie.

Site d’Aknashen : vue générale du site, début septembre 2016

En parallèle de ces missions de terrain ont eu lieu plusieurs missions d’étude :

En juillet, B. Varoutiskos (ArScAn, UMR 7041) a effectuée une étude sur le mobilier lithique de la période Mésolithique (9e-début 8e millénaire) du site de Bavra-Ablari, dont la fouille s’est achevée en 2015. Cette mission s’est déroulée au Musée archéologique de Tbilissi, où le matériel est stocké. Cette mission d’étude visait à collecter les informations nécessaires pour la publication finale.

En Septembre, A. Creuzieux (archéozoologue du Service archéologique de la Ville de Lyon) a réalisé l’étude de la faune du site d’Arteni, à l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan.

En septembre-octobre, R. Christidou (Archéorient, UMR 5133) a effectué une mission d’étude sur les outils en os d’Aknashen, en vue de la publication finale du mobilier de cette mission.

Aknashen : Poinçons sur demi de métapode (R. Christidou)

Fin octobre-début novembre, a pris place la dernière étude de la saison, celle du mobilier lithique d’Aknashen, sous la direction de J. Chabot (Univ. Laval, Québec), aidé pour le dessin par G. Devilder (Pacea, UMR 5199).

La mission Caucase en 2016, en bref :
5 millénaires étudiés (du 6e au 2e millénaires)
2 pays : l’Arménie et la Géorgie,
3 régions en Arménie : les contreforts de l’Aragats à l’ouest, la région de Tavush au nord, la plaine de l’Ararat au sud
1 région en Géorgie : la Djavakheti
3 fouilles : l’Agrégat cellulaire d’Arteni, la grotte de Getahovit, le site d’Aknashen,
1 prospection : les Agrégats cellulaires des contreforts de l’Aragats,
5 missions d’étude par des spécialistes (outils en os, archéobotanique, archéozoologie, lithique);
513 jours/homme de fouilles pour les chercheurs, post-doctorants, doctorants et étudiants.
675 jours/homme de fouilles pour les ouvriers
113 jours/homme d’étude
32 chercheurs statutaires (12 français, 11 Arméniens, 4 Géorgiens, 4 de pays tiers)
11 post-doctorants et doctorants (6 français, 5 Arméniens)
11 étudiants (5 français, 6 arméniens)