Arteni et les “Aggrégats cellulaires” (Arménie)

Campagnes de fouille : 2015 – à aujourd’hui.

Arteni : vue générale.

Équipe

Responsables
Bérengère Perello (CNRS, UMR 5133 Archéorient, MOM)
Irena Kalantaryan (Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Erevan)
Archéozoologue
Aurélien Creuzieux (Service Archéologique de la Ville de Lyon)
Archéobotaniste
Roman Hovsepyan (Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Erevan)
Lithiciens
Karen Azatyan (Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Erevan)
Nicolas Tardy (CNRS, UMR 5133 Archéorient, MOM)
Spécialiste mobilier en os
Rozalia Christidou (UMR 5133, Archéorient, Lyon)
Géomatique
Olivier Barge (UMR 5133, Archéorient, Lyon)
Emmanuelle Regagnon (UMR 5133, Archéorient, Lyon)

En 2015, un nouveau programme a été initié sur les contreforts sud-ouest du massif de l’Aragats dont l’objectif est d’étudier les agrégats cellulaires. Il s’agit de petits établissements composés de plusieurs cellules agglomérées de dimensions variables. Nous avions, dans un premier temps, par analogie avec les exemples découverts au Proche-Orient, appelé ces structures Jellyfishes (méduses, en anglais) (Betts A.V.G. 1982. ‘Jellyfish’ Prehistoric desert shelters, Annual of the department of Antiquities of Jordan 26, 183-188 ; Echallier J.-C., Braemer F. 1995. Nature et fonctions des “desert kites” : données et hypothèses nouvelles, Paléorient 21(1), 35-63, note 18). Cependant, l’avancée de nos travaux a permis de mettre en évidence les spécificités des constructions arméniennes et il nous semble par conséquent préférable d’opter pour l’appellation plus neutre et plus adéquate, d’Agrégats cellulaires.

Ces constructions ont parfois été identifiées à proximité immédiate des Kites, ces aménagements de pierres sèches, constitués de deux longs murs se resserrant vers un espace enclos, et que l’on considère comme des pièges de chasse. La présence de ‘kites’ en Arménie, sur le flanc sud-ouest du massif de l’Aragats, a été mise en évidence en 2010 par Arkadi Karakhanyan (Institut des Sciences Géologiques d’Erevan) et leur étude a été initiée dans le cadre du Laboratoire International Associé France-Arménie “HEMHA” (Humans and Environment in Mountainous Habitats, the case of Armenia), dirigé par Pierre Lombard et Christine Chataigner (UMR 5133 Archéorient) pour la France, Pavel Avetisyan (Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan) et Arkadi Karakhanyan (Institut des Sciences Géologiques) pour l’Arménie. Au cours des investigations de terrain menées entre 2011 et 2013 par l’équipe du projet ‘GlobalKites’ (ANR-jeune-chercheur, dirigée par Remy Crassard, UMR 5133 Archéorient) pour l’étude des ‘desert kites’ situés sur les contreforts sud-ouest de l’Aragats, des agrégats cellulaires furent observés à plusieurs reprises (Brochier et al. 2014). Ils attirèrent l’attention de l’équipe, car leur forme générale semblait se répéter d’un site à l’autre et ils se trouvaient à chaque fois non loin des kites. Dans un cas, même, le mur d’un kite recoupait un agrégat, établissant une chronologie relative entre les deux structures (agrégat antérieur au kite).

Site de Karakert (Agrégats J2)  : ombrage du modèle Numérique de Surface (partie nord-est). 
Le kite AM94 recoupe la trame de l’agrégat (© O. Barge)

L’analyse des images satellites à haute résolution consultables en ligne (Google Earth, Bing) a permis de confirmer l’existence de ces agrégats et d’en découvrir d’autres.
Les principaux objectifs du programme sur les Agrégats cellulaires des contreforts de l’Aragats sont donc :

  • de préciser leur fonction (habitat, enclos, structures funéraires),
  • de définir leur aire de répartition géographique,
  • d’établir leur appartenance chrono-culturelle.
  • de déterminer leurs liens éventuels avec les Kites

Afin de pouvoir aborder l’ensemble de ces problématiques nous avons entrepris, d’une part, une fouille sur le site d’Arteni (Resp. : B. Perello), qui représente un exemple caractéristique d’Agrégats cellulaires, et d’autre part, un programme de prospections dans la région des contreforts de l’Aragats (Resp. O. Barge).

La fouille du site d’Arteni
Responsable            Bérengère Perello (UMR 5133, Archéorient, Lyon)

Sur le site d’Arteni (altitude 1243 m), les murs affleurent en surface et la structure de l’établissement est dès lors assez facile à lire. De plus, la végétation s’est installée prioritairement sur les alignements de mur, rendant encore plus aisée leur lisibilité. Le site est composé de cellules sub-circulaires agglutinées. Aucun passage n’ayant été identifié, l’organisation des circulations reste, pour l’heure, énigmatique. Plusieurs concentrations de matériel, en particulier des éclats d’obsidienne mais aussi de la céramique, ont été repérées et localisées au GPS. Le jellyfish mesure 79 m sur 90 m, il occupe donc un peu plus de 2 hectares.

Arteni : Implantation des tranchées A et B (© Google earth)

L’implantation des secteurs a été fixée en fonction des images satellites (Google Earth), dont les données étaient clairement confirmées par les alignements de pierres visibles sur le terrain. Deux tranchées, dites A et B, mesurant respectivement 14,20 × 4 m et 6 × 6 m ont été ouvertes.
La Tranchée A, ouverte depuis 2015, a révélé des niveaux d’occupation allant du Bronze Moyen au premier Âge du Fer. Ainsi, et contrairement à ce que l’on avait imaginé au départ, le site d’Arteni possède une longue séquence d’occupation antérieure à celle de l’Agrégat cellulaire. La sol vierge n’ayant pas été atteint à la fin de la campagne 2016, la fouille de ce secteur sera poursuivi en 2017 afin d’établir la totalité de la séquence d’occupation du site.
La Tranchée B, ouverte en 2016, vise à collecter davantage de données sur le niveau d’occupation de l’Agrégat cellulaire. L’implantation de ce secteur a été dictée par la très forte concentration en surface d’éclats d’obsidienne, ainsi que de l’affleurement des murs de l’Agrégat.
Des datations 14C de charbons de bois et d’os sont en cours, afin de préciser le cadre chrono-stratigraphique des différentes phases culturelles mises en évidence.
Il est indispensable de poursuivre les fouilles sur ce site afin, d’une part, d’atteindre le sol vierge pour mettre au jour l’ensemble de la séquence stratigraphique et, d’autre part, de procéder au dégagement extensif du niveau des Agrégats cellulaires, dont la fonction reste à ce jour toujours à élucider.

Prospections des Agrégats cellulaires du massif de l’Aragats
Responsable            Olivier Barge (UMR 5133, Archéorient, Lyon)

Les opérations de terrain qui se sont déroulées sur les contreforts sud-ouest de l’Aragats, entre 2011 et 2013, pour l’étude des kites, ont été l’occasion d’identifier les agrégats cellulaires. Ces premières observations, localisées, permirent de caractériser ces sites en termes de forme, de superficie, et d’implantation topographique. Dans un second temps, leur signature sur les images satellite à haute résolution a permis d’en découvrir de nouveaux et d’en faire l’inventaire. L’inventaire fait état, à l’été 2016, de 81 agrégats cellulaires. La vectorisation des emprises a permis une estimation des superficies et la mesure des orientations.
Le premier objectif de la campagne de l’été 2016 était de contrôler au sol la validité des observations réalisées à partir des images satellites. Sur les 13 sites visités, l’existence d’un agrégat a été dans chaque cas confirmée.
Le second objectif était de mieux caractériser la morphologie des agrégats. Pour cela, 3 sites parmi les 13 visités furent étudiés. L’observation et l’étude comprend des structures comprend : un relevé à l’aide d’un GPS différentiel, des photographies aériennes réalisées à l’aide d’un cerf-volant, un traitement photogrammétrique, la création de Modèles Numériques de Surface (MNS) et de orthophotographies.
En 2017, la prospection sera poursuivie afin de compléter l’inventaire des Agrégats cellulaires et de préciser leurs caractéristiques morphologiques.

Bibliographie de la mission

Brochier J.É., Barge O., Karakhanyan A., Kalantarian I., Chataigner C., Chambrade M.-L. et Magnin F.
2014             Kites on the margins. The Aragats kites in Armenia, Paléorient 40(1), 25-53.

Kalantarian, I, Perello, B., Chataigner, C.
Sous presse  New insight into the agglomerated houses in Armenia: Arteni, Aragats massif. Aramazd, Armenian Journal of Near Eastern Studies.

IMAGES ET AMBIANCES