Rappel des recherches antérieures

 

La Mission Archéologique Caucase s’inscrit dans un parcours scientifique mené conjointement depuis près de 20 ans par des équipes françaises – principalement du CNRS – et des équipes arméniennes de l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan de l’Académie des Sciences d’Arménie. 

Lorsque la mission fut créée en 1997, les connaissances des cultures préhistoriques des ex-républiques soviétiques du Petit Caucase (Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan) était extrêmement rudimentaires. La Mission était donc un programme résolument pionnier dans la région. Ces deux dernières décennies ont été le théâtre de l’intensification des recherches, notamment par le biais de programmes internationaux, parmi lesquels les projets français tiennent une place notable (Mission Boyuk Kesik, Azerbaïdjan (B. Lyonnet/ puis G. Palumbi – Guliyev), Mission du Bassin de l’Araxe, Nakhichevan, Azerbaïdjan (C. Marro/V. Bakhshaliyev)). Ces différents programmes, en plus de fournir une large quantité de données brutes, ont aussi eu pour effet de dynamiser les problématiques de recherche dans la région, comme en atteste la vigueur des rencontres, colloques et tables rondes récents sur ces sujets. 

C’est dans ce contexte d’émulation de la recherche que s’inscrivent aujourd’hui nos travaux. Ces derniers sont d’autant plus importants que l’Arménie, souffre d’un déficit de travaux de recherche en comparaison de la Géorgie ou de l’Azerbaïdjan qui s’explique, en partie, par les difficultés économiques auxquelles est confronté le pays depuis 1991 dans sa transition vers une économie de marché. 

La Mission Archéologique Caucase est avec le projet Aragats (Cornell University/Institut d’Archéologie d’Erevan), l’un des deux plus gros pourvoyeurs de données pour l’Arménie préhistorique depuis bientôt 20 ans. Avec plus de trois cents datations archéométriques, elle a largement participé à l’élaboration de la chronologie absolue de l’Arménie. L’investissement du MEAE depuis deux décennies et du CNRS par l’intermédiaire des LIA NEHMA (2010-2013) puis NHASA (2015-2018) a eu une incidence majeure sur le développement des recherches archéologiques et paléoenvironnementales dans ce pays.