Le TAP – Tavush Archaeological Project

Paysage de la région du Tavush (Photo. B. Perello. Mission Caucase)

Équipe 2018

  • Levon AGHIKYAN – Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Erevan, Arménie (responsable)
  • Karen AZATYAN – Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Erevan, Arménie (lithique)
  • Ruben BADALYAN – Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Erevan, Arménie (céramique)
  • Olivier BARGE – CNRS, Archéorient UMR 5133, Lyon (SIG, géomatique)
  • Arshaluys MKRTCHYAN – Institut des Sciences Géologiques, Erevan, Arménie (Drone, Photogrammétrie)
  • Bérengère PERELLO – CNRS, Archéorient UMR 5133, Lyon (responsable)
  • Emmanuelle REGAGNON – CNRS, Archéorient UMR 5133, Lyon (SIG, géomatique)
  • Sol SANCHEZ-DEHESA GALAN – Préhistoire et Technologie UMR7055, Nanterre (prospection)
  • José-Miguel TEJERO – Equipe Ethnologie préhistorique, ArScAn UMR 7041, Nanterre (prospection)

Le projet

Le projet s’adosse sur une étroite collaboration entre :

  • les partenaires français aux premiers desquels :
    • l’EPI 78-92 (Yvelines·Hauts-de-Seine) ;
    • le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE),
    • le CNRS (le laboratoire Archéorient (UMR 5133, Lyon), la Maison de l’Archéologie et l’Ethnologie (MAE), Nanterre)  ;

Une équipe franco-arménienne pluridisciplinaire (archéologie, anthropologie, géomatique, géologie) a menée pendant l’été 2018 les premiers actions du projet, consistant en une prospection archéologique de la région.

Paysage du Tavush, vers Sevkar (Photo B. Perello, Mission Caucase)

La région du Tavush

La région du Tavush se situe au nord-est de l’Arménie. Elle est bordée sur une petite partie au nord-ouest par la Géorgie, puis au nord-est et à l’est par l’Azerbaïdjan. Elle occupe une surface d’environ 3000 km2.

Le paysage typique du Tavush, qui présente une hauteur moyenne de 900 mètres au-dessus du niveau de la mer, est caractérisé par des montagnes fortement boisées entrecoupées de gorges. L’Aghstev, affluent de la Kura, est le principal cours d’eau de la région.

La région est caractérisé par des reliefs très marqués et forte couverture végétale, qui ont eu pour conséquence de limiter l’installation de grands sites archéologiques au profit de sites de dimensions plus modestes (plus difficile à repérer lors des prospections !).

Les objectifs du projet

Le projet vise :

  • à approfondir la connaissance du patrimoine archéologique du Tavush et plus largement du paysage archéologique du sud du Caucase aux périodes pré- et protohistoriques ;
  • à contribuer au débat sur l’occupation des environnements montagnards ;
  • et à enquêter sur les dynamiques de peuplement et la culture matérielle pré- et protohistorique de cette région.

En documentant et en évaluant l’état des sites et leurs caractéristiques, le projet apportera aussi une contribution essentielle à la gestion et à la conservation du patrimoine arménien actuel. 

Les résultats de la campagne de prospection 2018

Nous avons mis en place une méthodologie de prospection adaptée aux contraintes de la région. Le projet a utilisé une méthode de prospection hybride, combinant une prospection extensive systématique dans l’ensemble de la région grâce à un véhicule tout terrain et une étude intensive à pied dans des zones sélectionnées notamment grâce à la télédétection (repérage en amont depuis la France sur les images google earth©).

Chaque site potentiel a été identifié par un point GPS et plusieurs photos ainsi qu’un échantillonnage sélectif des éléments matériels en surface. Sur les sites à fort potentiel, un relevé photogrammétrique à l’aide d’un drone DJI Phantom 3 a été effectué. Les données acquises sur le terrain, ainsi que les éléments résultants de la mission d’étude (datations, appartenance culturelle) ont été intégrées dans le SIG, ce qui a permis de modéliser les dynamiques d’occupation du Tavush au cours de l’Holocène.

Emmanuelle Regagnon référenciant un point avec le GPS différentiel. Arshaluys Mkrtchyan prépare le drone pour effectuer un relevé photogrammétrique (Photo. B. Perello. Mission Caucase)

L’équipe a prospecté au cours de la campagne une aire de 838 hectares, prioritairement dans le cours supérieur de l’Aghstev et de ses affluents (le Getik et le Samajur), entre la frontière avec l’Azerbaïdjan au nord et la limite méridionale de la région du Tavush au sud.

Lors de la prospection 2018, 123 observations ont été répertoriées, incluant 55 zones d’épandages d’artefacts, 35 aménagements (murs, puits, etc.), et 33 structures funéraires (cistes, dalles, etc.). Cette campagne a permis de découvrir 17 sites inédits qui n’avaient jamais été référencés par les Monuments Historiques et Culturels de le République d’Arménie. Ces sites portent sur une fourchette chronologique allant du Néolithique au Moyen-Âge. 

Au-delà de la découverte de nouveaux sites, nous avons également affiné les données chronologiques et géographiques pour un certain nombre de sites déjà référencés sur la liste des Monuments Historiques d’Arménie.

Prospectives

D’un part, nous continuerons les prospections archéologiques dans des zones de la région encore inexplorées afin de poursuivre la réalisation de la carte archéologique détaillée de la région du Tavush.

D’autre part, nous initierons une fouille sur un site découvert en 2018 qui a livré du matériel Kura-Araxe (Bronze Ancien, 3500-2500 av. J.-C.). Cette phase chronologique fondamentale dans l’histoire du Petit Caucase et du Proche-Orient, reste très mal connue dans la région du Tavush.